appartenance


appartenance

appartenance [ apartənɑ̃s ] n. f.
• fin XIIe; de appartenir
1Le fait d'appartenir. Rapport d'appartenance. possession.
Le fait pour un individu d'appartenir à une collectivité (race, pays, classe, parti). Appartenance à une religion, à une communauté, à un groupe. L'appartenance politique, sociale, religieuse. « j'avais conscience d'un privilège, du fait de mon appartenance à la race blanche » (Siegfried).
Math. Propriété d'être un élément d'un ensemble, notée . Relation d'appartenance. inclusion.
2Rare (Plur.) Ce qui appartient à un bien immeuble. accessoire, dépendance. Les appartenances d'un château.

appartenance nom féminin Fait d'appartenir à un groupe, à un ensemble : L'appartenance à un parti. En logique, rapport de l'individu à la classe dont il fait partie. ● appartenance (expressions) nom féminin Groupe d'appartenance, groupe social dont l'individu fait partie par son milieu. (S'oppose à groupe de référence.) Relation d'appartenance, relation binaire, notée « ∊ », telle que l'entité représentée par le symbole à gauche du « ∊ » soit élément de l'entité représentée par le symbole de droite. ● appartenance (synonymes) nom féminin Fait d' appartenir à un groupe, à un ensemble
Synonymes :
- adhésion

appartenance
n. f. Fait d'appartenir. Appartenance à la classe ouvrière.
|| MATH Relation d'appartenance: relation qui exprime que certains éléments appartiennent à un ensemble donné (symbole approx. comme e).

⇒APPARTENANCE, subst. fém.
I.— Le fait d'appartenir à ...
A.— [En parlant de pers.] Le fait d'appartenir à un milieu, une collectivité, un parti, etc. :
1. Donc le statut territorial de la région rhénane n'est pas fixé définitivement et la constitution allemande elle-même permet à ses ressortissants de décider de leur appartenance territoriale et politique.
BARRÈS, Mes cahiers, t. 12, 1919-20, p. 139.
2. De son côté, Joliot-Curie attaquait ouvertement la politique gouvernementale, lié par son appartenance au parti communiste qui paraissait le pousser vers une révocation qui aurait fait de lui une victime de ses idées politiques. La révocation fut effectivement décidée le 28 avril 1950.
GOLDSCHMIDT, L'Aventure atomique, 1962, p. 81.
SOCIOL. Groupe d'appartenance. ,,Groupe primaire (groupe où chaque membre connaît tous les autres et où les relations sont directes) auquel appartient (dont fait partie actuellement) un individu.`` (MUCCH. Sc. soc. 1969) :
3. Chacun de nous a plusieurs groupes d'appartenance (famille, village, groupe professionnel, équipe sportive, cellule politique ou religieuse, etc...). Par son appartenance à un groupe, l'individu participe à une vie collective qui l'imprègne de certaines valeurs, de normes (règles de conduite), de stéréotypes (jugements tout-faits sur les autres groupes), etc. et subit une pression de conformité à laquelle il se plie habituellement sans problème. Un conflit surgit si l'individu prend pour valeurs, normes, critères de jugement et de conduite, les idées et les idéaux d'un autre groupe (appelé alors groupe de référence) représentant ses aspirations personnelles ou morales. Des conflits intérieurs peuvent aussi surgir de l'incompatibilité entre les pressions des différents groupes d'appartenance d'une même personne.
MUCCH. Sc. soc. 1969 s.v.
B.— [En parlant de pers. ou de choses]
LING. Rapport d'appartenance. Rapport exprimé par exemple par le génitif, ou en français par la préposition de :
4. ... ainsi, les cas ne peuvent exprimer qu'en général, les principaux de ces rapports. Par exemple, le génitif indiquera généralement le rapport de génération et d'appartenance; le datif, celui d'attribution et de donation; l'accusatif, celui de tendance et de dépendance, etc.
DESTUTT DE TRACY, Éléments d'idéol., Gramm., 1803, p. 115.
LOG., MATH. Relation d'appartenance. ,,Relation exprimant la propriété pour certains objets d'être éléments d'un ensemble, c'est-à-dire de lui appartenir.`` (UV.-CHAPMAN 1956).
PSYCHOL. Appartenance. ,,Notion introduite par Thomdike dans sa théorie de l'apprentissage : il y a appartenance entre deux éléments quand ceux-ci font partie d'un même ensemble constituant une unité.`` (PIÉRON 1963).
II.— Ce qui appartient à ...
A.— Vx. Propriété :
5. Enfin notre plus proche voisin habitait et habite encore un joli château de la Renaissance, ancienne appartenance de Diane de Poitiers.
G. SAND, Histoire de ma vie, t. 2, 1855, p. 398.
B.— Au plur. Éléments qui appartiennent à une chose avec laquelle ils forment un tout. Les appartenances de la selle :
6. Article IV. Des cavités situées entre le labyrinthe et l'élément extérieur, ou de la caisse du tympan et de ses appartenances.
CUVIER, Leçons d'anat. comp., t. 2, 1805, p. 478.
DR. vx. Synon. de dépendances :
7. Monseigneur l'évêque d'A possédoit une terre voisine de celle de Vernyct, et les appartenances de ces deux propriétés étoient tellement encadrées les unes dans les autres, que Maxendi et Vernyct se rendirent exprès à A, pour acheter la propriété de monseigneur l'évêque d'A.
BALZAC, Annette et le criminel, t. 3, 1824, p. 246.
PRONONC. ET ORTH. :[]. FÉR. Crit. t. 1 1787 propose la graph. apartenance avec un seul p.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. a) Ca 1170 apurtenánces « ce qui appartient à qqc., dépendances d'un bien foncier » (Rois, éd. Curtius, 150 : Tutes les choses ki furent Saül é sun maisníl é tutes les apurtenánces, tut rend al fiz tun séignur); b) 1751 spéc. équit. (Encyclop. : Appartenance [...] se dit de toutes les choses nécessaires pour composer entièrement le harnois d'un cheval de selle [...] on dit une selle avec toutes ses appartenances, qui sont les sangles, la croupiere, etc.); 2. 1536 « fait d'appartenir, de faire partie de » (CALVIN, Instit., IV, p. 283 ds HUG. : La remission des pechez — sans laquelle nous n'avons aucune aliance ne appartenances avec Dieu—).
Dér. de appartenir étymol. 2, 3; suff. -ance. Voir aussi le lat. médiév. appertinentia « ce qui est attaché à, dépend de » (716/20 Chartae Sangallenses, A 3 ds Mittellat. W. s.v., 790, 42).
STAT. — Fréq. abs. littér. :70.
BBG. — BATTRO 1966. — CAP. 1936. — CHAMB. 1970. — DUPIN-LAB. 1846. — LAL. 1968. — MUCCH. Psychol. 1969. — MUCCH. Sc. soc. 1969. — PIÉRON 1963. — UV.-CHAPMAN 1956.

appartenance [apaʀtənɑ̃s] n. f.
ÉTYM. V. 1170, apartenances (sens 2.); 1536 (sens 1.); de appartenir.
1 Le fait d'appartenir (à…). || Rapport d'appartenance. Possession. || La préposition à exprime l'appartenance. || Appartenance d'une chose à qqn, d'un élément à une classe.
0.1 D'un obscur cantonnement polonais, un bataillon d'appartenance mal définie, aux uniformes défraîchis, était, quelques jours plus tôt, arrivé à Brodno (…)
Pierre Gascar, les Bêtes, p. 225.
Spécialt (sociol.). Le fait pour un individu d'appartenir à une collectivité (race, pays, classe, parti). || Groupe d'appartenance, groupe primaire dans lequel chaque membre connaît tous les autres. || L'appartenance de qqn, son appartenance à un groupe.
1 (…) j'avais conscience d'un privilège, du fait de mon appartenance à la race blanche et au continent-roi.
André Siegfried, l'Âme des peuples, II.
Math. Propriété d'un élément qui appartient à un ensemble. || Relation d'appartenance.
Gramm. || Relation d'appartenance, exprimée par la préposition de en français (le livre de Pierre, « qui appartient à Pierre »), par le génitif dans de nombreuses langues.
2 Rare. (Plur.). Ce qui appartient à un bien immeuble. Accessoire, dépendance. || Les appartenances d'un château.
2 Vendre une maison avec toutes ses appartenances et dépendances, c'est la vendre avec tout ce qui de près ou de loin s'y rattache comme formant avec elle une seule propriété.
Lafaye, Dict. des synonymes, Suppl., Appartenances, dépendances.
(1751). Vx. Harnais (d'un cheval).
COMP. Non-appartenance.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • appartenance — APPARTENANCE. s. fém. Dépendance, ce qui appartient à une chose, ce qui dépend d une chose. Vendre une maison avec toutes ses appartenances et dépendances. Cette métairie est une des appartenances de ma Terre. Ce village est une appartenance d… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • appartenance — d un chacun, Proprietas. La maison et ses appartenances, Domus et quae domui cedunt, Vlp. Cest homme est de nostre appartenance, c est à dire de nostre parenté …   Thresor de la langue françoyse

  • appartenance — Appartenance. s. f. Dependance, ce qui appartient à une chose, ce qui depend d une chose. Vendre une maison avec toutes ses appartenances & dependances. Il n est guere usité qu en cette phrase …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Appartenance — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Appartenance », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Le mot appartenance fait référence au… …   Wikipédia en Français

  • appartenance — (a par te nan s ) s. f. 1°   Ce qui appartient à une chose, ce qui en dépend. •   Faire les lois, donner les dispenses sont des appartenances de l autorité souveraine, BOSSUET II, Conc. 1. •   Souhaitant que le feu du ciel ne laissât dans les… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • APPARTENANCE — s. f. Dépendance, ce qui appartient à une chose, ce qui dépend d une chose. Vendre une maison avec toutes ses appartenances et dépendances. Cette métairie est une des appartenances de ma terre. Ce village était une appartenance de telle… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • APPARTENANCE — n. f. Le fait d’appartenir. Il se dit spécialement de la Dépendance d’une propriété foncière, d’un domaine. Vendre une maison avec toutes ses appartenances et dépendances. Cette métairie est une des appartenances de ma terre. Ce village était une …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Appartenance — nf propriété, domaine Anjou …   Glossaire des noms topographiques en France

  • Appartenance religieuse — Religion Une religion est un ensemble de rites, croyances généralement théistes[Note 1], composé de règles (éthiques ou pratiques), de récits, de symboles ou de dogmes adoptés comme conviction par une société, un groupe ou une personne. Par… …   Wikipédia en Français

  • non-appartenance — [ nɔnapartənɑ̃s ] n. f. • 1945; de non et appartenance ♦ Fait de ne pas appartenir à un groupe. ⇒aussi indépendance. La non appartenance à un parti politique. ⊗ CONTR. Appartenance. ● non appartenance nom féminin Fait de n appartenir à aucun… …   Encyclopédie Universelle